Catégories
témoignages

#17 J’en souffre de cette indifférence , j’aimerais que ça change !

À chaque fois que je reçois une photo de ma mère, et que je vois toute la souffrance qu’elle a enduré (et auquelle elle fait toujours face aujourd’hui, ) dans ses yeux et son visage, je voudrais tellement pouvoir être à ses côtés et la serrer bien fort dans mes bras, envoyer un peu de chaleur, effacer sa peine et changer sa situation.

Et puis je me souviens, je n’ai que 18 ans, je suis étudiante, je n’ai pas d’argent. Ensuite, je songe à ma famille, ici, en France. Comme j’aimerais que ma famille adoptive ait aidé et aide ma famille naturelle. Mais je sais que ça n’arrivera jamais.

Depuis que j’ai retrouvé ma famille, mes parents n’ont jamais demandé des nouvelles de ma famille naturelle, ne se sont jamais inquiété de leur situation aujourd’hui. La dernière fois où j’ai fait allusion à la nécessité d’aider ma maman, mes parents adoptifs ont répondu : « Nous donnons assez aux associations dans le monde. Nous ne pouvons aider tout le monde. »

J’en souffre de cette indifférence , j’aimerais que ça change !

Catégories
témoignages

#12 Je n’essaie pas de jeter la pierre mais « seulement » de connaître mes origines, mon histoire.

Partagez-le au maximum, s’il vous plaît! (Toujours d’actualité)

Je demande aussi de l’aide pour retrouver ma famille biologique, c’est très important pour moi.

Je m’appelle Sabrina (j’ai 44 ans, je vis en Suisse et je parle français), mais avant mon adoption, je m’appelais Guerrero Blanca d’après mon passeport. Je suis née à Bogotá (Cundinamarca, Colombie) le 15 novembre 1975. J’étais à l’orphelinat « Casa de la Madre y El Niño » parce que ma mère, Elena Blanca Guerrero, m’avait déposée le 29 novembre 1978 (selon la documentation du orphelinat). Quelques années plus tard, l’orphelinat m’a laissé dans une famille d’accueil avec Mme Gloria Von Breymann et sa famille. Je suis resté dans cette famille d’accueil pendant un mois, jusqu’à ce que mes parents adoptifs de Suisse viennent me chercher au début du mois de janvier 1980.

Voici un message pour ma famille biologique:

Je n’essaie pas de jeter la pierre mais « seulement » de connaître mes origines, mon histoire. Sans ressentiment ni amertume envers tout le monde. Pouvoir dire à mes enfants d’où je viens est important pour moi. Je suis satisfait et heureux dans ma vie d’avoir ma propre famille et de m’entourer de gens qui me remplissent d’amour, mais une partie de moi reste vide, sans savoir d’où je viens. Je n’ai pas de réponse à donner à mes enfants quand ils me demandent d’où ils viennent; sachant qu’ils auront aussi ce petit vide d’ignorance dans leur vie; C’est insupportable.

S’il y a une chance que vous, mes parents biologiques, me lisiez, que je suis ici, je veux vous dire que le choix que vous avez fait il y a 38 ans ne devrait pas être un fardeau pour vous. Tu m’as donné une chance de vivre. Cette décision, si vous l’avez prise, était la meilleure option pour vous et moi à l’époque. Je n’ai aucun ressentiment ni colère contre cela.

Ma porte, mon cœur est ouvert et continuera de l’être.

J’ai écrit à l’ICBF pour recevoir mon dossier d’adoption et des informations sur ma famille biologique. Mais ils ne m’ont toujours rien donné, alors j’attends …

Catégories
Récits de personnes adoptées témoignages

#6 Pour tout le monde j’ai beaucoup de chance d’avoir été adoptée…

J’ai écrit ce texte il y a 4 ans au détour d’une période difficile de burn out:

Il est 6 heures.

Je me réveille encore dans la nuit.

Mais pourquoi je rêve de toi toutes les nuits???

Ça fait des semaines…

Je ne veux pas rêver de toi!!

Qu’est-ce que je dois faire avec ça???

Est-ce que cela signifie que je dois t’affronter et te dire en face tes 4 vérités?

Que tu as laissé un champ de ruines dans mon esprit, que tu as détruits l’enfant que j’étais?

Et alors quoi??

De toute façon, tu n’as rien fait, toi.

Tu étais juste « sévère» avec moi.

C’était « pour mon bien » « pour me protéger »…

Mais de qui??? De quoi????

Personne ne m’a jamais protégée de ce dont je voulais, de ce dont j’avais besoin d’être protégée:

De toi et de ta méchanceté sans fond, sans limite.

Je ne veux plus jamais te voir.

Je ne veux pas t’avoir en face de moi.

J’ai peur de toi.

Je suis toujours cette gamine quand je pense à toi.

Tu m’effraies, tu es un monstre.

Je suis toujours sans défense.

Dans ces rêves, je revis des moments qui n’ont pas existé, c’est flou comme dans les rêves.

Je crois que je suis adulte mais que toi tu es toujours cette femme qui m’a élevée dans la haine et le reproche d’être là.

Tu es si méchante…

Si pleine de mépris à mon égard…

Tu me prends toujours de haut.

Je sens ton dégoût de moi.

Oui je te dégoûte, tout ce qui vient de moi te dégoûte.

Tu te moques de moi, de mes origines, du Brésil,

J’ai honte d’être qui je suis, de venir d’où je viens,

À te croire il n’y a que des putes dans ce pays de dépravés.

De toutes façons J’ai toujours tort

Je dois juste la fermer.

Fermer ma gueule.

Je suis une merde.

Pire, je ne suis rien.

Enfant, quand je tente de m’exprimer, de me rebeller contre toutes ces injustices, entre autres ces différences que tu fais avec ma sœur cadette:

« Si t’es pas contente tu fais tes valises et tu retournes d’où tu viens. »

Enfant, un jour, j’ai pris une barre chocolatée dans la cuisine à ton insu:

Punition : seule dans la cuisine je dois manger un plein bol de sucre en poudre mélangé à du chocolat en poudre.

13 ans, c’est l’été, dans les Pyrénées dans le village voisin du notre à discuter avec des jeunes, des copains de vacances avec ma copine de vacances, tu m’as vue-là, je me souviens un des garçons avait un chiot, il était chou, je caresse ce bébé chien, c’est un moment agréable.

Toi tu es là tout à coup,  soi-disant par hasard faire tes courses à l’épicerie de ce village ( il y en aussi une dans notre village) et tu m’imposes de rentrer immédiatement avec toi, sans explication.

Je te fais honte

Mais c’est moi qui ai honte.

Qu’est-ce que j’ai fait de mal? (Encore!)

Je te suis avec mon vélo,

Je m’en souviendrai toute ma vie,

Sur ce chemin de piste de montagne, le vélo à la main. Tu me dis:

« t’es bien comme ta mère, t’es qu’une pute! »

Enfant tu m’imposes d’avoir les cheveux court, on me prend toujours pour un garçon.

Je me sens si laide…

Combien de fois j’ai entendu des enfants: « t’es une fille ou un garçon? »

Des adultes: « tiens mon bonhomme. »

A force lorsque je suis habillée comme une fille je me sens comme un travesti, un garçon habillé en fille.

Ma sœur a une longue chevelure bouclée et dorée ….

Cela me rend tellement malheureuse…

Tu sais trouver où ça fait mal.

Tu sais si bien me faire mal.

Les vacances sont un enfer pour moi, deux mois 24/24 avec toi,

Papa ne nous rejoins que pour quelques semaines…

L’autre moitié des vacances toujours pas de témoin…

Personne pour me protéger de ton acharnement à me détruire de l’intérieur.

Toujours personne pour venir me sauver…

Ado je prends des douches froides, tu fais délibérément couler de l’eau chaude dans la cuisine car tu sais que cela faisant à l’étage on n’en a plus, un jour j’ai demandé à Arnaud d’aller voir dans la cuisine: l’eau chaude coulait dans l’évier mais personne dans la cuisine….

17 ans revenant d’une soirée avec mon pote David:

« Ça va tu t’es bien fais sauter? »

Le peu de samedis soir où je suis autorisée à sortir avec mes amis à 17/18 ans je dois rentrer pour minuit maxi.

Mais tu mets toujours la chaîne sur la porte. Je ne peux pas rentrer.

Je sais que tu le fais exprès.

Ça fait du bruit quand j’ouvre la porte qui se cogne à cette chaîne.

Ça réveille les chiens qui aboient.

Tu finis par venir ouvrir la porte:

« Tu réveilles tout le monde!!! »

Je dérange, encore!

A l’école d’infirmière je me fais une amie, Atika.

Pour la première fois de ma vie je suis fière de dire que j’ai une meilleure amie.

Elle vient un jour chez « nous » et elle m’apprend quelques jours après que tu lui as dit que si j’ai choisi de ne pas faire l’école d’infirmière à l’assistance publique c’est « parce que je trouve qu’il y a trop de noirs et trop d’arabes là-bas

Mais c’est quoi ça?!??

Qui peut dire un truc pareil?!??

POURQUOI???

Ça te fait tellement chier que j’ai des amis.

Faut toujours que tu essaies de tout gâcher.

Ton but ultime semble être que je sois mal-aimée de tous.

Ado un jour dans ma chambre je ne sais plus pourquoi:

« t’es qu’un parasite, vivement que tu t’casses de cette maison. »

Si tu t’engueules avec papa c’est toujours à cause de moi,

Il prend parfois ma défense quand il ne peut plus ne pas voir qu’il se passe un truc anormal, quand les différences que tu fais avec Elodie et moi sont trop flagrantes, quand il est décemment obligé d’intervenir, je sais que je vais le payer au centuple…

« T’es contente de ce que t’as fait? »

« T’as eu ce que tu voulais? »

Je suis adulte dans ces rêves mais je suis toujours seule, pas de témoin, personne pour me sauver de cet enfer, de cette prison qui ne semble pas en être une,

Pour personne.

Pour tout le monde j’ai beaucoup de chance d’avoir été adoptée…

Personne ne sait que chaque jour est un cauchemar.

Chaque jour sans exception.

Que chaque soir je pleure dans mon lit en rêvant d’être ailleurs,

De ne plus être même…

Ne pas exister.

Que le cauchemar prenne fin, enfin.

Mais ce n’est pas possible.

Et pourtant je fais tellement mon possible pour que tu m’aimes.

Je fais toutes les corvées possibles et imaginables que tu me donnes à faire même davantage…

J’aimerais tellement que tu m’aimes.

Que tu sois ma maman pour de vrai…

Mais rien n’y fait…

Tu ne m’aimes pas.

Pire, tu m’exècres.

Papa ne voit rien.

Il ne voit pas mes larmes lorsqu’il rentre du travail le soir,

Ne peut pas imaginer que cela fait des heures que j’attends son retour pour qu’elle me lâche enfin, pour qu’elle cesse de s’acharner sur moi!

Je suis fatiguée…

J’aimerais tellement que Ça s’arrête…

J’aimerais tellement que quelqu’un me prenne dans ses bras et me dise: Ça y est, c’est fini, elle ne te fera plus jamais de mal…

C’est fini.

Ça n’est jamais arrivé.

Mais elle veut quoi???????

Je n’ai pas choisi d’être là moi!!

Je n’ai rien demandé!!!

Et pourtant je le paie, chaque jour de mon enfance, chaque jour de mon adolescence je paie d’être chez toi, sous ton toit et d’être qui je suis.

Tu as honte de ce que je suis.

L’école te renvoie que je suis pleine de vie, exubérante, que je me fais remarquer…

Mais je ne vis qu’en dehors, je ne peux vivre et être qui je suis qu’en dehors de chez toi!!!

Chez toi, ( » ici tu es chez moi » ) je dois la fermer et si je ne suis pas contente je « prend ma valise et je me tire. »

Si seulement j ‘avais pu le faire, je serais partie un million de fois.

Je n’ai jamais été à ma place dans ta maison.

Tu régentais tout.

Tu sauvais les apparences.

Pas de témoin de la maltraitance psychologique, des humiliations que tu m’imposais chaque jour.

Tant d’hypocrisie devant les autres…

Personne pour me sauver de ce cauchemar invisible.

Personne.

La solitude la plus totale.

Je suis seule face à ce bourreau qui me fait tellement pleurer et souffrir…

Il ne me reste que l’espoir de grandir pour partir enfin, partir en courant sans me retourner.

3 ans d’études encore à tenir et je pars.

Je n’ai même pas pu attendre la fin.

Ce fameux samedi ou j’écoutais du Reggae dans ma chambre volume minimum:

« Toi et ta musique de zoulou je ne veux pas vous entendre, ta sœur prépare ses concours HEC tu la déranges, je ne veux pas voir ta sale gueule du weekend. »

Je suis partie ce jour de juin 1997.

Enfin je suis partie.

J’ai 21 ans et je sors de taule.

Heureusement que j’ai des amis.

C’est uniquement grâce à eux et à cette force que j’ai malgré tout en moi que je m’en sors « presque» indemne.

C’était il y a presque 20 ans.

J’ai 40 ans aujourd’hui.

Consciemment Je suis heureuse.

Mais mes vieux démons sont toujours là et aujourd’hui ça donne la « dépression ».

Je crois que depuis ce jour de juin 1997 je suis heureuse malgré tout ce qui a pu arriver dans ma vie je suis une femme heureuse.

Chaque jour est un miracle pour moi car tu n’es plus là pour me brimer, pour m’imposer de faire ci ou ça…

Je suis libre depuis ce jour.

Enfin je l’ai cru…

Je me suis retrouvée dans une prison dorée sans le voir venir mais ça y est maintenant je suis sortie.

Je me suis enfuie non sans mal.

De nouveau grâce à mes amis et à cette force que j’ai malgré tout au fond de moi.

Consciemment je suis heureuse.

Inconsciemment ça paraît moins évident….

Parfois cette petite fille, cette adolescente, elle n’est pas très loin…

Elle est toujours un peu là tout au fond de moi, parfois elle me hante tout comme toi tu me hantes…

Mais c’est terminé.

Je suis libre et plus jamais personne ne m’enfermera.

Plus jamais personne ne m’empêchera d’être qui je suis.

Plus jamais je ne laisserai quelqu’un me faire du mal.

PLUS JAMAIS. Quelqu’un me faire du mal. PLUS JAMAIS.