Catégories
témoignages

#17 J’en souffre de cette indifférence , j’aimerais que ça change !

À chaque fois que je reçois une photo de ma mère, et que je vois toute la souffrance qu’elle a enduré (et auquelle elle fait toujours face aujourd’hui, ) dans ses yeux et son visage, je voudrais tellement pouvoir être à ses côtés et la serrer bien fort dans mes bras, envoyer un peu de chaleur, effacer sa peine et changer sa situation.

Et puis je me souviens, je n’ai que 18 ans, je suis étudiante, je n’ai pas d’argent. Ensuite, je songe à ma famille, ici, en France. Comme j’aimerais que ma famille adoptive ait aidé et aide ma famille naturelle. Mais je sais que ça n’arrivera jamais.

Depuis que j’ai retrouvé ma famille, mes parents n’ont jamais demandé des nouvelles de ma famille naturelle, ne se sont jamais inquiété de leur situation aujourd’hui. La dernière fois où j’ai fait allusion à la nécessité d’aider ma maman, mes parents adoptifs ont répondu : « Nous donnons assez aux associations dans le monde. Nous ne pouvons aider tout le monde. »

J’en souffre de cette indifférence , j’aimerais que ça change !

Catégories
témoignages

#12 Je n’essaie pas de jeter la pierre mais « seulement » de connaître mes origines, mon histoire.

Partagez-le au maximum, s’il vous plaît! (Toujours d’actualité)

Je demande aussi de l’aide pour retrouver ma famille biologique, c’est très important pour moi.

Je m’appelle Sabrina (j’ai 44 ans, je vis en Suisse et je parle français), mais avant mon adoption, je m’appelais Guerrero Blanca d’après mon passeport. Je suis née à Bogotá (Cundinamarca, Colombie) le 15 novembre 1975. J’étais à l’orphelinat « Casa de la Madre y El Niño » parce que ma mère, Elena Blanca Guerrero, m’avait déposée le 29 novembre 1978 (selon la documentation du orphelinat). Quelques années plus tard, l’orphelinat m’a laissé dans une famille d’accueil avec Mme Gloria Von Breymann et sa famille. Je suis resté dans cette famille d’accueil pendant un mois, jusqu’à ce que mes parents adoptifs de Suisse viennent me chercher au début du mois de janvier 1980.

Voici un message pour ma famille biologique:

Je n’essaie pas de jeter la pierre mais « seulement » de connaître mes origines, mon histoire. Sans ressentiment ni amertume envers tout le monde. Pouvoir dire à mes enfants d’où je viens est important pour moi. Je suis satisfait et heureux dans ma vie d’avoir ma propre famille et de m’entourer de gens qui me remplissent d’amour, mais une partie de moi reste vide, sans savoir d’où je viens. Je n’ai pas de réponse à donner à mes enfants quand ils me demandent d’où ils viennent; sachant qu’ils auront aussi ce petit vide d’ignorance dans leur vie; C’est insupportable.

S’il y a une chance que vous, mes parents biologiques, me lisiez, que je suis ici, je veux vous dire que le choix que vous avez fait il y a 38 ans ne devrait pas être un fardeau pour vous. Tu m’as donné une chance de vivre. Cette décision, si vous l’avez prise, était la meilleure option pour vous et moi à l’époque. Je n’ai aucun ressentiment ni colère contre cela.

Ma porte, mon cœur est ouvert et continuera de l’être.

J’ai écrit à l’ICBF pour recevoir mon dossier d’adoption et des informations sur ma famille biologique. Mais ils ne m’ont toujours rien donné, alors j’attends …