Catégories
témoignages

#34 Si votre enfant ou votre conjoint mourait, est-ce qu’un nouvel enfant effacerait toute la douleur et le chagrin ?

Je suis adoptée. Je suis née en Corée et quand j’avais 9 mois, on m’a mise dans un avion et à l’arrivée, ma famille adoptive, la seule famille que j’ai jamais connue est venue me chercher.

Suis-je reconnaissante ? Devrais-je l’être ?

Je déteste cette question. Voici pourquoi :

Elle présuppose beaucoup de choses sur ma famille biologique qui peuvent être vraies ou non. Elle suppose que mon pays d’origine est pire que celui dans lequel je vis aujourd’hui. Et, enfin, elle est souvent utilisée comme un moyen d’ignorer le chagrin que je ressens d’avoir perdu une famille entière, une culture entière, un pays entier. Parce que nous sommes censés être reconnaissants, toute réponse négative d’une personne adoptée fait d’elle une personne « en colère». C’est une question qui réduit au silence. Elle permet également d’ignorer plus facilement les problèmes qui existent dans le processus d’adoption, et ils sont nombreux. Par exemple, cette question spécifique, telle qu’elle est formulée, suppose que j’ai été placé en adoption par mes parents.

En Corée, ce n’est pas toujours le cas.

J’ai rencontré des adoptés coréens dont les parents n’ont pas consenti à l’adoption et ne savaient même pas que leurs enfants étaient placés en vue de l’adoption. Une amie a appris qu’après la mort de sa mère biologique, son oncle paternel a fait pression sur son père biologique pour qu’il la place en adoption, ainsi que ses frères et sœurs, afin de faciliter son remariage. Il a refusé. Puis, comme il devait partir en voyage d’affaires, l’oncle s’est occupé d’eux. C’est alors que l’oncle a emmené tous les enfants à l’orphelinat. Quand le père est revenu, l’oncle a refusé de lui dire où ils étaient.

Je n’ai pas demandé à être adoptée. Est-ce une bonne chose que j’aie une famille ? Eh bien, parce que ma famille est aimante et que je suis vraiment un membre à part entière de la famille, oui. Mais j’aurais également pu avoir cela si je n’avais pas été séparé de ma première famille.

Donc, je suis reconnaissante d’avoir une famille formidable, et je les aime beaucoup. Mais je ne suis pas reconnaissante d’avoir été adoptée. Je ne peux pas l’être – je ne sais pas ce que ma vie aurait été en Corée. PERSONNE ne le sait. Et quelle que soit ma situation, elle n’est pas nécessairement la même pour une autre personne adoptée.

Et, parce que je sais que certaines personnes pensent de cette façon, je le dis : non, ma famille adoptive ne remplace pas ma famille biologique. Cette perte, ou le fait de ne pas savoir qui ils sont, ne disparaîtra jamais. Si votre enfant ou votre conjoint mourait, est-ce qu’un nouvel enfant effacerait toute la douleur et le chagrin ? Bien sûr que non. Il en va de même pour la perte de vos parents. Et vos frères et sœurs. Et les tantes, les oncles, les grands-parents et les cousins.

Je les retrouverai peut-être, mais les retrouver 49 ans plus tard (bon sang – quand suis-je devenue aussi vieille ?) ne fera pas disparaître le chagrin.

Et, non, les bébés ne sont pas des ardoises vierges. Des études ont été faites qui montrent qu’ils peuvent reconnaître la voix de leur mère. Imaginez ce qui se passe dans la tête du bébé quand cette voix disparaît à jamais. Maintenant, imaginez ce qui se passe si le bébé a vécu quelques mois avant d’être adopté. Il serait terrifiant et profondément traumatisant que tout ce qui lui est familier disparaisse soudainement.

Une nouvelle famille aimante aidera peut-être l’enfant à faire face à la situation et, selon plusieurs facteurs, à s’épanouir, mais elle ne peut en aucun cas remplacer tout ce qui a été perdu.

Par La Parole Aux Adoptés

Espace pour les personnes adoptées, les personnes placées ou pupilles de l'état, orphelines. Ici, vous pouvez partager anonymement votre histoire, vos ressentis et pensées sur le fait être adoptée et votre adoption . Et cela sans crainte de jugement ou invalidation.

Une réponse sur « #34 Si votre enfant ou votre conjoint mourait, est-ce qu’un nouvel enfant effacerait toute la douleur et le chagrin ? »

Commentaires fermés