Catégories
témoignages

#30 J’ai affirmé pendant des années vivre un conte de fée

Mon récit peut être un peu décousu. Je vous écris car je veux raconter mon histoire. Je veux me sentir libre d’être la narratrice de MA propre vie. Souvent, j’entends des adopté.e.s qui prétendent que leurs parents sont merveilleux et choyer par la vie de les avoir mis sur le chemin. Pour avoir connu beaucoup d’entre eux… L’image de la famille parfaite est loin de la réalité. Moi-même issue de l’adoption, j’ai affirmé pendant des années vivre un conte de fée. J’étais complètement dans le déni. Je n’affirme pas que les bons parents adoptants n’existent pas. Je veux simplement clarifier certaines choses. Il ne faut pas oublier que les parents adoptifs restent des « parents ». Ils font des erreurs comme tout le monde. Les miens m’ont adoptée à un âge avancé. J’avais 4 ans lorsque j’ai été adoptée. J’ai dû apprendre très vite à m’adapter à ses nouveaux parents,  ce nouveau pays, ce climat et apprendre la langue rapidement. À l’école primaire, c’était dur pour moi. J’avais des difficultés de concentration et d’apprentissage. Les enfants ont commencé à se moquer de moi.

J’étais victime à la fois de racisme et d’intimidation. J’ai grandi dans une petite ville de région. Lorsque je revenais de l’école en pleurs… Mes parents n’avaient pas les mots pour me consoler car ils n’étaient pas outillés pour vivre ce genre de situation. Ils me répondaient : “Laisse-les faire ! Ce ne sont que des gens bêtes…” J’ai appris à me taire, à tolérer des situations malsaines. Vivre encore et encore le même fardeau. Jusqu’à ne plus voir les mauvaises choses sous mon nez. Je vivais dans un déni total. Durant, une bonne partie de ma vie, j’ai supporté l’intolérable. Si vous m’aviez demandé à l’époque si j’étais heureuse… « Bien sûr ! J’ai des parents merveilleux. Je suis entourée de gens aimants ! » Je vivais dans un nuage de bonheur. 

Jusqu’à mes 25 ans, que je fasse une dépression. Je ne pouvais plus faire semblant. J’ai eu un réveil brutal. J’avais été un produit fabriqué par mes parents:  Une petite poupée inoffensive à qui on pouvait tout dire et tout faire. Ma mère m’a toujours utilisée à sa guise. J’avais une loyauté sans faille envers elle. Ma Vie gravitait toujours autour d’elle. Ses changements d’humeur m’ont créée un sentiment d’anxiété.  Elle avait réussi a passé des tests psychologiques pour les étapes d’adoption.  Malgré le fait qu’elle était psychologiquement instable. Elle a été diagnostiquée dépressive chronique.

Je n’avais jamais réalisé à quel point elle avait influencé ma vie négativement.

Le message que j’envoie aujourd’hui, c’est d’arrêter idéaliser vos parents adoptifs. Ils sont humains. Sinon, vous allez vivre dans le déni comme moi et vivre des situations intolérables. Et aux parents adoptifs apprenez à écouter vos enfants.

Par La Parole Aux Adoptés

Espace pour les personnes adoptées, les personnes placées ou pupilles de l'état, orphelines. Ici, vous pouvez partager anonymement votre histoire, vos ressentis et pensées sur le fait être adoptée et votre adoption . Et cela sans crainte de jugement ou invalidation.