Catégories
témoignages

#23 Pour moi, le reflet biologique représente un miroir de ce que j’aurai pu être, une déchirure sociale et en même temps un univers qui m’est familier.



D’origine asiatique, je suis arrivée en France vers l’âge de 4 ans. Ma première réaction en découvrant les élèves de ma classe (maternelle) a été la crainte et une impression d’être minuscule. Je me rappelle une vision de grandes ombres mais dont aucune ne me ressemblait.

J’ai vécu essentiellement entourée de personnes françaises et mes années d’école ont été un peu fractueuses. Ne retrouvant aucune ressemblance avec les membres de ma famille, j’ai perdu au fil du temps des notions essentielles comme l’attachement, les liens familiaux, la communication. [Récemment, ma grand-mère a appelé à la maison pour prendre des nouvelles. En la vouvoyant inconsciemment, j’ai compris aujourd’hui que je ne parvenais pas à l’assimiler à moi.

J’ai d’ailleurs senti un recul de sa part en demandant directement une autre personne. Je peux avouer que j’ai eu un peu honte.

J’ai commencé à prendre conscience de la barrière des cultures et des langues en allant à des restaurants asiatiques. Aujourd’hui encore, à chaque fois que j’y vais (seule), je me sens à la fois chez moi et perdue au milieu de nulle, dans une pièce où des personnes mangent. Je suis entre deux cultures dont l’une m’est inconnue (langage, culture, traditions, habitudes.).
Dans la rue, parfois, alors que je suis de nationalité française, j’ai l’impression d’être une touriste car des personnes me font rapeller sans le vouloir que je ne ressemble pas à une française. D’ailleurs, j’ai encore beaucoup de mal à accepter mon prénom français quand on me le demande car il ne correspond en rien à mes origines. […]

Pour moi, le reflet biologique représente un miroir de ce que j’aurai pu être, une déchirure sociale et en même temps un univers qui m’est familier. Mon identité se construit, je sais quelles sont mes valeurs et quels projets je souhaite développer mais il y a toujours des trous dans le puzzle qui m’empêchent en quelque sorte d’affirmer ma  » légitimité  » de vivre en tant que française, de me sentir intégrée. Le reflet biologique me rappelle  que je n’ai aucun moyen de savoir quels traits de caractère j’ai pu héréditer de mes parents, le contexte de ma naissance, que je n’ai pas d’héritage ancestral et que je dois avancer seule car la société peut être tout à la fois compatissante et cruelle.

Par La Parole Aux Adoptés

Espace pour les personnes adoptées, les personnes placées ou pupilles de l'état, orphelines. Ici, vous pouvez partager anonymement votre histoire, vos ressentis et pensées sur le fait être adoptée et votre adoption . Et cela sans crainte de jugement ou invalidation.